TAAF - TERRES AUSTRALES ET ANTARCTIQUES FRANÇAISES

Tags

De nombreux mammifères marins sont également présents dans la zone : plusieurs espèces de dauphins, de baleines mais également de fortes concentrations d’otaries et d’éléphants de mer, comme ces deux spécimens qui s'affrontent sur la plage de Ratmanoff à Kerguelen.



Amadine George - Taaf



Le gorfou sauteur est une autre espèce présente dans la zone subantarctique. Ce manchot, qui se distingue par des aigrettes jaunes au-dessus des yeux, construit généralement son nid en haut des falaises qu'il grimpe par des séries de petits bonds, d'où son nom.

Cédric Marteau, Taaf



L’abondance et la spécificité de la faune et de la flore de ces territoires aux climats extrêmes en font des sanctuaires de biodiversité ayant peu d’équivalents à l’échelle planétaire. Créée en 2006, la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises couvre 700.000 hectares, ce qui en fait, de très loin, la plus grande de France. Elle s’étend sur l’ensemble des parties terrestres de Crozet, Kerguelen, Saint-Paul et Amsterdam et couvre une grande partie des eaux qui les entourent. Également édifiées en réserve naturelle, les îles Éparses, parmi lesquelles Juan de Nova (notre photo). Taaf


Situés en moyenne à 13.000 km de la métropole, les archipels de Kerguelen et de Crozet, ainsi que les îles Saint-Paul et Amsterdam, ne sont accessibles que par la mer. C'est le Marion Dufresne (ici, à l'approche de l'île d'Amsterdam), qui assure le ravitaillement et le transport des hommes présents sur place - scientifiques ou militaires. Les Taaf n’ont pas d’habitants permanents. Il faut en moyenne cinq jours au navire pour parcourir les 3.000 km qui séparent ces territoires de l'île de la Réunion, leur port d'attache.



Lucia Simion